Économie circulaire au Québec : les consommateurs sont-ils impliqués?

Publié le 2022-09-14 par Tessa Anaya

  • Problèmes de chaîne logistique, inflation, changement climatique : les facteurs sont nombreux pour expliquer l’intérêt du gouvernement et des entreprises pour l’économie circulaire au Québec. Il est donc intéressant de se demander en quoi consiste exactement l’économie circulaire et quelles sont les meilleures pratiques d’après les consommateurs canadiens.

Qu’est-ce que l'économie circulaire Québec

En 2021, une enquête menée par Capterra a révélé que les consommateurs canadiens étaient de plus en plus intéressés par le magasinage durable depuis le début de la pandémie. Avec l’enthousiasme croissant pour les initiatives vertes et la disponibilité des logiciels durables, les dirigeants des PME peuvent se demander comment ils peuvent adopter des mesures anti-gaspillage et des pratiques plus écologiques.

Pour étudier cette tendance en profondeur, nous avons interrogé plus de 1 000 consommateurs canadiens, dont 219 résidant au Québec. Vous trouverez la méthodologie complète de cette étude au bas de cet article. Ils ont répondu à des questions portant sur leur compréhension de l’économie circulaire, leur participation et leurs attentes concernant les entreprises qui implémentent de telles pratiques.

Économie circulaire : définition

D’après le gouvernement canadien, l’économie circulaire désigne une façon différente d’agir afin de conserver et de récupérer un maximum de ressources. Les pratiques d’économie circulaire incluent la réutilisation, la réparation, la remise à neuf et le recyclage de produits et matériaux existants afin d’en allonger le cycle de vie.

On peut trouver quelques exemples de programmes d’économie circulaire dans le secteur du commerce de détail. Par exemple, IKEA a lancé « Revendez-les », un programme de rachat pour aider ses clients à recycler leurs meubles IKEA en échange d’un crédit en magasin. Dans le domaine de l’habillement, H&M a mis sur pied Rewear, une plateforme où leurs clients peuvent revendre des vêtements de toutes marques et en acheter de nouveau, ou bien recevoir un crédit en magasin.

Économie circulaire définition

Malgré le lien évident qui unit la durabilité à l’économie circulaire, la majorité des personnes interrogées au niveau national (40 %) n’en connaissait ni le nom ni le concept avant de participer à notre enquête. Cependant, seul un quart des consommateurs québécois (26 %) n’était pas du tout au courant. Ce chiffre plutôt bas peut s’expliquer par le prompt investissement de la province dans le développement durable.

Cependant, la philosophie consistant à réduire, réutiliser et recycler des produits est davantage connue, avec 33 % des participants qui connaissaient le concept sans en savoir le nom. 24 % des Québécois interrogés connaissent très bien les principes et le terme d’économie circulaire, contre 13 % pour les participants nationaux.

La participation des consommateurs dans l’économie circulaire au Québec

44 % des personnes interrogées disent prendre en considération les pratiques d’économie circulaire d’une entreprise avant d’acheter un produit. 4 % tiennent toujours compte de ces actions et 40 % le font parfois. 

Ceci dit, 42 % des personnes interrogées ne tiennent pas compte de ces pratiques, mais aimeraient se voir proposer cette option. Cela révèle que l’investissement dans l’économie circulaire peut aider les PME à gagner du terrain par rapport à la concurrence.

Conseil pour les PME : si vous décidez de vous fixer des objectifs d’économie circulaire, assurez-vous de faire part de vos efforts auprès de votre public. Une fois que vous avez adopté des pratiques durables, faites-les connaître auprès de vos prospects et de vos clients. Sollicitez ces derniers sur le sujet, que ce soit via votre site web, vos pages sur les réseaux sociaux, vos bulletins d’information, vos emballages ou de tout autre support auquel votre public a accès.

Quels clients soutiennent le plus l’économie circulaire?

Certains consommateurs peuvent être plus sensibles que d’autres aux initiatives d’économie circulaire. L’âge est un facteur décisif dans ce domaine : les plus jeunes sont plus à même de soutenir ce type de pratiques.

Participation des consommateurs dans l'économie circulaire au Canada

Comme on peut le voir dans le graphique ci-dessus, 43 % des participants nationaux âgés de 18 à 25 ans prennent “parfois” note des pratiques d’économie circulaire d’une entreprise et 46 % des personnes âgées de 26 à 35 ans font de même. En comparaison, seulement 29 % des Canadiens interrogés âgés de 65 ans et plus s’en préoccupent lors de leurs achats. Globalement, la prise en compte de ces pratiques au moment de l’achat semblent revêtir moins d’importance plus on remonte les générations.

Conseil pour les PME : non seulement les consommateurs plus âgés sont moins sensibles aux pratiques d’économie circulaire, mais ils sont aussi moins susceptibles de les connaître. Près de la moitié des participants de la génération des baby-boomers (48 %) ne connaissaient pas du tout le concept d’économie circulaire, soit une différence de 14 points par rapport aux répondants à la génération Z. 

Pour vous assurer que vos efforts en matière d’économie circulaire soient connus de votre public cible, sollicitez la participation de vos clients dans des efforts de marketing de contenu sur le sujet. Faites des recherches sur les profils d’acheteurs de vos clients pour déterminer quel est le meilleur moyen de les atteindre. Les outils de marketing de contenu peuvent également faciliter la publication et le suivi de l’engagement sur plusieurs canaux.

Quelles sont les pratiques d’économie circulaire les plus importantes pour les consommateurs?

Définir ce qu’est l’économie circulaire peut s’avérer délicat, car de nombreuses activités entrent dans sa définition. Lorsqu’on a demandé aux consommateurs québécois quelles étaient les pratiques d’économie circulaire qu’ils considéraient comme étant les plus efficaces, voici ce qu’ils ont répondu :

  • Recycler les déchets (70 % des réponses)
  • Utiliser des énergies renouvelables (62 %)
  • Réduire les déchets occasionnés par les méthodes de production (61 %)
  • Allonger la durée de vie des produits (61 %)
  • Réutiliser des matériaux dans leurs processus de production (60 %)

Les principales réponses enregistrées illustrent des attentes claires pour les PME qui souhaitent se mettre à l’économie circulaire. Les actions préférées visent toutes à rendre les produits et les processus de production moins toxiques pour l’environnement. Pour les entreprises intéressées, un logiciel de durabilité peut faciliter la surveillance et la gestion de leur impact sur l’environnement.

Exemples d'activités liées à l'économie circulaire pour les PME

Trouver des moyens de réutiliser ou remettre à neuf des produits existants et implémenter un programme de rachat et de recyclage sont deux autres solutions citées par au moins 50 % des personnes interrogées. Les programmes de remise à neuf et de rachat nécessitent la participation des clients, tout comme d’autres activités d’économie circulaire telles que le rachat ou la vente de produits d’occasion et reconditionnés. 

Ces processus de conservation de la valeur font partie des activités clés de l’économie circulaire au Canada et peuvent offrir des avantages importants aux entreprises qui les adoptent. Voici quelques-uns des effets positifs de ces processus :

  • création de nouvelles opportunités d’emploi
  • réduction des coûts et des quotas de production généraux
  • offre de produits moins chers aux clients
Conseil pour les PME : lorsque vous implémentez des changements à l’échelle de l’entreprise, les équipes et les services peuvent avoir besoin d’aide et de temps pour s’adapter. Les outils de pilotage du changement peuvent aider à aligner les équipes sur les nouveaux flux de travail et à conserver l’agilité des entreprises pendant ces périodes de transition.

Les consommateurs seraient-ils prêts à payer plus pour soutenir l’économie circulaire?

Avant de changer de modèle d’entreprise et d’allocations budgétaires pour implémenter des mesures d’économie circulaire, certains dirigeants de PME peuvent s’interroger sur le niveau d’intérêt des consommateurs.

On a demandé aux participants de notre enquête s’ils seraient prêts à payer davantage pour des produits fabriqués dans le respect des pratiques d’économie circulaire. 50 % seraient prêts à payer plus tandis que 50 % ne seraient pas prêts à dépasser leur budget actuel.

Pour ceux qui seraient prêts à payer plus, la majorité (51 %) accepterait de payer entre 10 % et 20 % de plus.

Budgets alloués à l'économie circulaire

Conseil pour les PME : au moment d’adopter des processus de soutien de l’économie circulaire, il faut repenser les modèles de tarification. Les activités telles que la réutilisation des déchets de fabrication, l’adoption des énergies renouvelables et le lancement de programmes de recyclage nécessitent des investissements pécuniaires ainsi que du temps et de la main-d’œuvre. Il faut recalculer les prix en fonction des nouvelles opérations; pour ce faire, les logiciels de tarification peuvent aider les PME à garder un œil sur le marché, les prix des concurrents et les données antérieures, et ce, à l’aide d’une seule plateforme.

Considérations pour les PME

Pour les chefs d’entreprise qui ne sont pas sûrs que les consommateurs se préoccupent des initiatives d’économie circulaire qu’ils comptent mettre en œuvre, de bonnes nouvelles les attendent. Au moment d’identifier les raisons pour lesquelles ils pensent que les entreprises investissent dans ces pratiques, 54 % des répondants à l’échelle nationale et 50 % des répondants québécois estiment qu’elles croient sincèrement aux bienfaits de l’économie circulaire.

De plus, les consommateurs se montrent particulièrement intéressés par la consommation durable, un sujet que nous aborderons dans la deuxième partie de cette série d’enquêtes.

Cela représente une opportunité pour les entreprises d’adopter des pratiques qui produisent de nouveaux modèles commerciaux, réduisent l’utilisation des ressources et montrent aux clients les valeurs de la marque. 

Voici quelques suggestions pour les PME souhaitant mettre en œuvre des pratiques d’économie circulaire :

  • Étudiez les effets de votre gestion des déchets sur l’environnement et essayez de les améliorer.
  • Évaluez la consommation énergétique de votre entreprise pour voir si les énergies renouvelables ou les plans d’économie d’énergie pourraient vous être utiles.
  • Repensez les processus de production tels que la conception, l’approvisionnement, la fabrication et l’emballage pour trouver des moyens de les optimiser ou pour déterminer si des procédures de remise à neuf pourraient être incluses.
  • Déterminez si des procédures de reconditionnement pourraient être implémentées afin de prolonger le cycle de vie des produits et offrir aux consommateurs de nouveaux moyens de participer à l’économie circulaire.

Commencer à contribuer à l’économie circulaire n’a rien d’impossible. Jetez un coup d’œil aux processus existants pour déterminer les domaines où votre PME pourrait faire la différence.

Vous cherchez un logiciel de durabilité? Consultez notre catalogue!

Méthodologie de l’enquête :

L’enquête Circular Economy de Capterra a été lancée en juillet 2022. 1 006 consommateurs répondant à nos critères de sélection ont pu répondre à cette enquête. 219 d’entre eux résident au Québec. L’échantillon de participants est représentatif de la population canadienne en matière de groupes démographiques et de genre. Les critères de sélection étaient les suivants :

  • Réside au Canada 
  • Âgé(e) de plus de 18 ans
  • A renseigné à quelle génération il ou elle appartient
  • Comprend le concept d’économie circulaire : après avoir consulté une définition, a su sélectionner la description correspondante parmi trois options.

Cet article peut faire référence à des produits, programmes ou services qui ne sont pas disponibles dans votre pays, ou qui peuvent être limités par les lois ou règlements de votre pays. Nous vous suggérons de consulter directement l'éditeur du logiciel pour obtenir des informations sur la disponibilité du produit et le respect des lois locales.

À propos de l'auteur(e)

Analyste de contenu pour Capterra, elle prodigue aux PME les conseils leur permettant d'améliorer leur organisation. Diplômée de l'Université du Michigan, elle vit à Barcelone.

Analyste de contenu pour Capterra, elle prodigue aux PME les conseils leur permettant d'améliorer leur organisation. Diplômée de l'Université du Michigan, elle vit à Barcelone.